Présentation du réseau Qi2

Le réseau Qi2 « Qualité de l’air, Impacts sanitaires et Innovations technologiques et politiques » a été créé pour structurer une communauté de recherche à l’échelle de l’Ile-de-France. Il réunit des laboratoires, des partenaires institutionnels et des acteurs économiques dans le domaine de la qualité de l’air.

Le réseau Qi2 permet de partager des connaissances et des informations sur la qualité de l’air intérieur et extérieur, les impacts sanitaires et les aspects de politiques publiques en matière d’aménagement du territoire, de transport et de sensibilisation des citoyens.

En s’appuyant sur une approche transdisciplinaire – chimie et physique de l’atmosphère, biologie et médecine, géographie, urbanisme, sociologie, transports – ce réseau a pour ambition de faire émerger des connaissances et des outils novateurs dans le domaine de la qualité de l’air.

L’objectif est également de favoriser les innovations technologiques, politiques et citoyennes, qui pourraient permettre d’améliorer la qualité de l’air des franciliens. D’autres régions pourront ensuite bénéficier de la diffusion de ces innovations, du savoir-faire et des connaissances scientifiques développées localement par ce réseau de recherche.

Le réseau Qi2 est structuré selon trois grands axes disciplinaires :

  • Axe 1 – Qualité de l’air : science et applications
  • Axe 2 – Impacts sanitaires
  • Axe 3 – Politiques publiques et innovations technologiques

Il est coordonné par le laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques (LISA – UMR 7583) de l’université Paris-Est Créteil (UPEC).

Le 15 décembre 2016, le réseau Qi2 a été labellisé par la région Ile-de-France Domaine d’intérêt majeur (DIM) émergent :
« Ce projet de DIM s’inscrit dans une actualité brûlante au niveau international, national comme régional. […] Il affiche également une volonté de construire un véritable réseau pluridisciplinaire pour rassembler les pièces du puzzle actuel ainsi que de de très nombreuses marques d’intérêt de la part des industries et organismes concernés. »

Télécharger le communiqué de presse :  cliquez ici

Problématique du réseau Qi2

La pollution de l’air représente le 4e facteur de risque de mortalité dans le monde, et le 3e en France. Respirer un air pollué favorise le développement de multiples pathologies respiratoires, cérébro et cardio-vasculaires, dont le lien avec la mortalité est établi.

Avec ses 12 millions d’habitants, la qualité de l’air extérieur et intérieur constitue une préoccupation majeure pour la région Ile-de-France. En dépit d’efforts constants pour limiter les émissions de polluants et améliorer la qualité de l’air extérieur, les seuils réglementaires définis pour la protection de la santé sont encore régulièrement dépassés pour certains polluants majeurs (dioxyde d’azote, particules, ozone). Pour l’air intérieur (habitat, lieux d’enseignement, de travail, de loisirs ou de transport), moins réglementé et surveillé, la situation est largement aussi préoccupante.
Mieux contrôler la qualité de l’air exige de mieux connaître la nature, les sources et les processus de propagation de la pollution mais aussi de mieux en caractériser les impacts sur la santé et la qualité de vie. Améliorer la connaissance sur ces différents aspects clés permettrait de mettre en œuvre des politiques de protection de la population plus ciblées, plus applicables et plus efficaces.

Gouvernance du réseau Qi2

 Animation du réseau

Coordinateur : Gilles Forêt, laboratoire LISA (UPEC/UPD/CNRS) – gilles.foret@lisa.u-pec.fr 


Secrétaire général : Florence Brouillaud (LISA/UPEC) – florence.brouillaud@lisa.u-pec.fr

 

Comité de pilotage

Composé d’au moins un représentant de chacun des partenaires, le comité de pilotage définit les orientations scientifiques et la stratégie à adopter. Il valide les actions à entreprendre.

Conseil scientifique

Instance d’expertise et d’évaluation scientifique, le conseil scientifique élabore et construit les actions menées par le réseau.

Les membres du conseil scientifique :

Isabella Annesi-Maesano, IPLESP-EPAR (Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de santé publique – Équipe épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires)
Armelle Baeza, BFA (Laboratoire des réponses moléculaires et cellulaires aux xénobiotiques, unité de biologie fonctionnelle et adaptative)
Jorge Boczkowski, IMRB (Institut Mondor de recherche biomédicale)
Hélène Charreire, LAB’URBA (Laboratoire d’urbanisme EA 3482)
Isabelle Coll, LISA (Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques)
Nicolas Coulombel, LVMT (Laboratoire ville mobilité transport)
Aude Fortain, ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)
Caroline Gallez, IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux)
Valérie Gros, LSCE (Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement)
Brigitte Guigou, IAU IDF (Institut d’aménagement et d’urbanisme Ile-de-France)
Sabine Host, ORS IDF (Observatoire régional de santé Île-de-France)
Gérard Lasfargues, ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Rachel Nadif, UMRS 1168 (Laboratoire Vieillissement et maladies chroniques : approches épidémiologique et de santé publique)
Jean-Nicolas Ormsby, ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Valérie Pernelet, ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Nathalie Poisson, ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)
Olivier Ramalho, CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment)
Karine Sartelet, CEREA (Centre d’enseignement et de recherche en environnement atmosphérique)